Dans chaque page du site en cliquant sur ce logo on revient à la page d'Accueil. Logo Atelier d'écriture Emmanuel Bing.

Les inscriptions sont ouvertes

à la Grange aux Dîmes

Les séances d’écriture ont lieu dans la maison des artistes. L’hébergement se fait selon le désir des participants et à leurs frais dans les gîtes, chambres d’hôtes ou hôtels à proximité.

Pour les personnes qui viennent en transports en commun (RER E ou SNCF Transilien : Tournan-en-Brie) il est possible de se grouper pour prendre un taxi. Nous mettrons en relation les personnes qui le demandent, ainsi que pour les possibilités de covoiturage.

Le mieux reste de venir en voiture pour profiter des alentours et de liberté de mouvement.

Les repas de midi pris en groupe (je demande une participation de 16€ par personne et par repas) sont généralement très appréciés des stagiaires, avec régulièrement les produits frais de la ferme*.

Liste des hébergements

Lieu : La grange aux dîmes à 70 km de Paris.
Horaires : de 10h à 17h, déjeuner sur place.


Stage de 5 jours : 300€
Participation repas : 16€ /repas. (80€ pour 5 jours)
Coût à régler avant le début du stage.

 

Utiliser le menu déroulant pour choisir avec ou sans l'hébergement dans le gîte.

Grande chambre : 200€ /réservée juil-aout/ - Petites chambres : 160€ /dispo/

STAGE DE CINQ JOURS
INDIQUEZ LE NOM DU STAGE

Récits d'air

et romans d'eau
12 au 16 juillet 2017 (5 jours)

Au bord d'un lac.

De l'ondine, des filles du Rhin, Lorelei et sirènes, des navires et des rivages, des marches interminables le long des plages, des couchers de soleils et des pluies, du vent et des sources, des nuages et des envols, cela et d'autres images, personnages, paysages et récits, je propose de les découvrir, traverser, questionner lors de ce premier stage d'été.

De nombreux romans et récits, légendes et mythes, ont été construits autour des éléments, et c'est par ces textes que nous soutiendrons notre parcours.

 

Mais aussi dans les implications métaphoriques où l'élément liquide n'est pas sans conséquences, ou les brouillards gazeux qui eux-aussi peuvent, au détour d'une page, d'une proposition d'écriture, faire sens.

 

Ce sont aussi les tempêtes et les profondeurs qui seront convoquées lors de ce stage, tout comme les éclaircies et le calme limpide et joyeux, la fraîcheur d'un torrent et le vent dans les branches.

 

Il y a des forêts et des champs alentour, des rivières et des lavoirs où l'ombre des lavandières amènent à d'autre paysages intérieurs encore.

 

Je me réjouis de traverser cette première partie de l'été avec vous autour de ces thèmes qui, par leur caractère vaste et intemporel, permettront à chacun d'y accrocher sa propre écriture, sa propre poétique, son fantasme ou son livre, dans une atmosphère bienveillante, gaie et artistique.

 

Avec des textes de Victor Hugo, Jules Vernes, Conrad, Virginia Woolf, et d'autres encore autour de ces sujets et personnages.

Rêves

et réalités
12 au 16 août 2017 (5 jours)

Le Palais Idéal du facteur Cheval.

Les rêves sous toutes leurs formes ont toujours accompagné la littérature, l'écriture, la pensée, porteurs de messages à déchiffrer, interpréter, ou parfois à cueillir comme tels sans les interroger, mais propices à l'imaginaire, voie royale absolument pour puiser à nos sources de nouvelles pistes, dans ce remaniement perpétuel des images et du sens ; les sentiments et affects attachés, de l'effroi au plaisir, ou de la douleur parfois, à la jouissance, le rêve comme gardien du sommeil convoque souvent les nombreux éléments qui constituent le fonds de notre commerce de sens.

 

En ouvrant la bibliothèque des rêves nous y trouverons tout autant des effets de réalité que les bizarreries les plus sidérantes, mais aussi les moyens d'interroger notre réalité et notre perception de celle-ci, au travers des circonvolutions du langage, au travers de l'itinéraire des idées et des personnages dans le labyrinthe du texte.

Ce contrepoint de la réalité nous permettra de prendre la mesure de ce qu'il en est d'une certaine distance, celle qui vient s'inscrire au creux du désir, une distance que l'on pourrait régler par le pas d'imaginaire que l'on injecte dans l'écriture.

Du réel vient très vite cette part d'imaginaire qui constitue nos vies, et nos écrits, en tant que réalité. Du rêve vient cette part d'imaginaire qui constitue nos vies comme continues dans le réel.

 

Enfant je chevauchais un cheval imaginaire, je sauvais des jeunes filles plutôt que des princesses, dans les grands immeubles gris d'une banlieue parisienne, avant de rejoindre mes châteaux, mes ruines, mes chevaux et mes aventures adolescentes, loin dans le sud, où je voyais les combats médiévaux sous la tour Sarrasine. Comme je transposais encore et encore ce qui était du rêve dans mes réalités livresques. Qu'on se souvienne de Rimbaud, et des poètes de sept ans : il faisait des romans sur la vie du grand désert où luit la liberté, ravie ! N'est-ce pas de cela qu'il s'agit, au fond, que de s'accorder dans ce temps d'été un peu ou beaucoup de cette liberté qui nous mène du rêve à la réalité, et de la réalité au rêve ?

C'est avec plaisir que je partagerai avec vous ces chemins oniriques, au détour d'un palais idéal par exemple qui prend parfois les allures de la chose rêvée.

 

Avec des textes de Shakespeare, Robert de Boron, Grozdanovitch, Leiris, et d'autres encore autour de ces thématiques.

* Nous nous occupons des repas par commodité et pour le plaisir des stagiaires, sur la base d'une mise en commun des sommes versées à ce titre, les courses étant faites et commandées avant le stage et complétées au besoin pendant. Nous nous fournissons en partie dans une ferme proche, mais les autres produits viennent des magasins et marchés habituels à proximité. Nous nous occupons également de l'intendance pour rendre le stage agréable à tous, mais nous ne nous rémunérons pas sur l'ensemble de ce travail. Nous vous remercions de l'apprécier.

Made with Adobe Muse
Atelier d'écriture Emmanuel Bing.